Le journal d'analyses qui vous permet d'acceder à l'actualité burundaise de manière objective et professionnelle.

Rechercher dans ce blog

dimanche 28 février 2010

Actualité burundaise du 28 février 2010

Politique : Rencontre ce 12 mars du président de la République avec les gouverneurs des provinces. A l’ordre du jour figuraient notamment la collecte de l’assistance pour la province de Kirundo, la cohabitation des partis politiques et la grève des enseignants. Cette rencontre s’est tenue à Kobero en commune Butihinda (province de Muyinga). Le président Pierre NKURUNZIZA était accompagné du ministre de l’intérieur, celui de la sécurité publique, le ministre de l’enseignement primaire et secondaire, le ministre de la justice et celui de l’environnement. Les gouverneurs de provinces ont indiqué que les enseignants travaillent comme il faut en milieu rural, le mouvement de grève n’est observé que sur les chefs-lieux des communes et des provinces, attestent-ils. Le président NKURUNZIZA a appelé les enseignants à être réalistes car, « le pays n’a pas de ressources pour satisfaire leurs revendications ». Il a également rappelé que ceux qui ne travaillent pas ne seront pas payés ; (Radio Nationale, Rema FM)
- Justice : Le porte-parole de la Cour Suprême a rectifié la disposition du verdict rendu ce 11 mars pour le procès de l’ancien président du parti CNDD-FDD. La chambre de cassation a déclaré irrecevable les pourvois initiés par les demandeurs. Gérard RUGERINTWAZA a précisé que Hussein RADJABU et ses codétenus vont purger une peine de 13 ans d’emprisonnement. Notons qu’il reste à ces accusés la demande en révision ou la grâce présidentielle ; (Radio Nationale, Rema FM)

- Droits de l’homme : Le parti CNDD-FDD s’inscrit en faux contre le récent rapport de l’ONG International Crisis Groupe (ICG). Dans une conférence de presse de ce parti ce 12 mars, Jérémie NGENDAKUMANA, président du CNDD-FDD, a affirmé que ce rapport est partial. Le CNDD-FDD qualifie cette organisation de prophète de malheur au vu de son analyse sur le déroulement du processus électoral et de son aboutissement. Jérémie NGENDAKUMANA a recommandé à ICG d’être neutre dans ses rapports pour ne pas encourager les divergences entre partenaires politiques. Il a également exhorté les responsables de cette ONG de diversifier les sources d’information et d’en tenir compte sans parti pris. Jérémie NGENDAKUMANA a également nié les informations faisant état d’une mauvaise atmosphère au sein des partisans du CNDD-FDD dans la désignation du candidat de ce parti aux élections présidentielles ; (Radio National, RPA, Isanganiro, Bonesha FM, Rema FM)

- Médias : Les professionnels des Médias s’insurgent contre les informations qui ont été diffusées par la radio Rema FM portant atteinte à la vie privée de la présidente du parti ADR, Mme Alice NZOMUKUDA. Cela est contenu dans une déclaration de ce 12 mars signée par la Maison de la Presse , l’Union burundaise des journalistes, l’association burundaise des radiodiffuseurs, le réseau des journalistes pour le développement humain durable, l’association des femmes journalistes, l’Observatoire de la presse burundaise et l’Organisation des médias d’Afrique centrale (OMAC). Les sept associations désapprouvent ce qu’elles qualifient de déviation qui n’a rien à voir avec l’exercice de la liberté de la presse. Elles s’insurgent également contre tout recours au sensationnel et à la manipulation du public. Ces associations interpellent les journalistes à mesurer l’impact de l’information avant de la diffuser et même à s’autocensurer. Ces associations appellent également le Conseil national de la communication (CNC) à décourager au plus vite toutes les formes de dérive du métier qui pourraient compromettre une couverture saine des élections ; (RPA, Isanganiro, Bonesha FM)

- Education : Le président du syndicat CONAPES, Philibert NGEZAHAYO, indique que les enseignants retourneront au travail après avoir entamé le dialogue et obtenu des compromis satisfaisants. Il a réagi après l’appel du conseil des ministres qui les exhortait à regagner le travail en attendant la régularisation de leurs arriérés par échelonnement. Le conseil des ministres a décidé que le dialogue sera enclenché après que les enseignants aient repris le travail ; (Radio Nationale, RPA)

- Genre : Le Collectif des Associations féminines et ONG du Burundi (CAFOB) tranquillise les leaders religieux : les articles 14 et 21 du protocole de Maputo ne sont pas du tout contraires à la législation burundaise. La consultante Immaculée HUNJA explique que l’article 14 relatif à l’avortement médicalisé s’applique en cas de viol, de l’inceste ou lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou de l’enfant. L’article 21, quant à lui, stipule que les filles ont droit à la succession. Immaculée HUNJA interpelle les leaders religieux à contribuer pour que le Burundi ratifie ce protocole de Maputo ; (Bonesha FM, Isanganiro)

- Malversation : Le directeur de l’agriculture et de l’élevage en province de Ruyigi est accusé d’avoir vendu illégalement vingt tonnes de chaux octroyées par la FAO. L ’accusé explique qu’il a vendu cette chaux parce qu’elle commençait à se détériorer. Il l’a vendue à deux millions de francs burundais soit un franc par kilo alors qu’un kilogramme revenait à 150 voire 200 francs burundais. La somme a été mise au compte de la DPAE. Les chefs techniques de la DPAE Ruyigi exigent que cette chaux soit restituée et l’argent remis. (Bonesha FM, Isanganiro)

- Coopération : Le ministère des affaires de la communauté Est africaine a reçu des projets financés par l’Allemagne via le GTZ. Il s’agit entre autres du projet d’alimentation du site web de ce ministère, la traduction des documents importants, les fournitures des équipements de bureau et autres. Le ministre Hafsa MOSSI a remercié le gouvernement allemand pour son soutien depuis la création de ce ministère. (Radio Nationale, Rema FM)


Radio Nationale (92. 9 FM)



- Politique : Le comité de pilotage du projet d’appui au renforcement des capacités nationales de la prévention et la gestion des risques et catastrophes s’est réuni ce 12 mars pour évaluer ce projet qui s’étend sur deux ans. Parmi les perspectives d’avenir de ce projet figure la mise en place d’un centre national d’information et de communication des risques et catastrophes. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la réduction de la pauvreté et l’atteinte des objectifs du millénaire ;
- Sécurité routière : Une personne est morte ce 12 mai suite à un accident de roulage devant le bureau de la poste de la province de Kayanza. La victime était à vélo et elle a été percutée par l’ambulance du district sanitaire de Kayanza ;

- Genre :

1. La 1ère dame du Burundi s’est jointe ce 12 mars à la population de Muhanga en province de Kayanza pour célébrer la journée dédiée à la femme. Denise NKURUNZIZA a distribué une aide à 48 associations de cette localité ;

2. Une ONG a lancé ce 12 mars une campagne d’assistance à la mère en danger. Cette ONG exhorte les pays riches à consacrer plus de fonds à la santé maternelle surtout dans les pays pauvres où plus de 99% des décès sont liées aux grossesses ou à l’accouchement.



RPA (93.7 FM)



- Education : Des dérapages commencent à s’observer dans certaines écoles en grève de la province de Mwaro. Les rapports des enseignants en grève sont produits par certains directeurs alors qu’aucun élève ne se présente. Dans d’autres écoles, les examens sont surveillés par des plantons. Le représentant du syndicat CONAPES en province de Mwaro indique que ces examens devront être annulés ;

- Transport : Reprise ce 12 mars des activités des transporteurs des agences qui opèrent entre le Burundi et la RDC via la frontière de Gatumba. Ces transporteurs venaient de faire deux jours en grève, accusant les douaniers de ne pas respecter le délai de validité de trois mois du permis de circulation. Ils menacent de suspendre encore une fois le travail ce 15 mars si rien n’est fait ;

- Salubrité : Des odeurs nauséabondes se dégagent à certains endroits en Mairie de Bujumbura. Le cas illustratif est celui de l’avenue de l’imprimerie surnommée avenue de la mort tout près du campus Mutanga sud ;

- Droits de l’homme : Les violences faites aux femmes continuent à se manifester en province de Kayanza. Les défenseurs des droits de l’homme en cette province condamnent ces actes ;

- Conflits fonciers : La parcelle litigieuse en commune de Gihanga (province de Bubanza) doit impérativement rester la propriété de l’institut technique agricole de Gihanga. Cette déclaration émane des parents, enseignants et élèves de cette école. Ils interpellent le ministère de l’aménagement du territoire et celui de l’éducation à se mettre ensemble pour trouver une issue à ce conflit.


Isanganiro (89.7 FM)



- Sécurité :
1. Une personne a été grièvement blessée par balle lors d’une attaque armée perpétrée par des bandits armés dans la nuit du 11 mars en commune Mpanda de la province de Bubanza. Ces bandits ont pillé dans cinq maisons 380 000 francs burundais et ils n’ont pas été identifiés. La personne blessée est un enfant qui tentait de se sauver ;

2. La chasse aux sorciers a déjà fait cinq morts en trois mois dans les zones Ruziba et Rugajo de la commune Mugina (province de Cibitoke). Dans ces zones, une centaine de personnes seraient sur une liste de gens à abattre. Cependant, l’administrateur de Mugina réfute l’existence de cette liste ;

- Politique : Les institutions de l’Etat, la justice et le Conseil National de la Communication (CNC) ne doivent pas dormir tranquilles face aux abus d’atteinte aux vies privées des candidats aux présidentielles. Cela a été indiqué par le professeur Julien NIMUBONA analysant l’excès d’intolérance politique qui s’accentue à l’approche des élections. Ce politologue parle de responsabilité historique de ces institutions qui en seront comptables ;

- Conflits fonciers : Grogne des résidents et rapatriés des communes Mabanda et Kayogoro suite aux problèmes fonciers. Ils s’insurgent notamment contre les agents de la Commission Terre et Autres Biens (CNTB) qui ne sont pas encore venus les départager il y a de cela cinq mois. Ces habitants indiquent que cela permet aux administratifs à la base de trancher à leur guise. Ils demandent que ces administratifs soient remplacés ;

- Economie : Le groupe électrogène octroyé au lycée de Butara en commune Bukinanyana (province de Cibitoke) était d’une valeur de trente deux millions de francs burundais. Daniel KABUTO, porte-parole de la 2ème vice présidence de la République , affirme que ce groupe n’a jamais été réceptionné puisqu’il devait être testé. La société qui a gagné le marché devra se soumettre aux termes du contrat, dit-il. Rappelons que ce groupe électrogène vient de faire un mois à cette école et il n’a jamais fonctionné.



Bonesha FM (96. 8 FM)



- Education :

1. Les étudiants de l’université du Burundi ont fait une grève ce 12 mars. Les étudiants externes ont assiégé le restaurant pour empêcher leurs camarades de prendre le petit déjeuner. Selon Christophe NKESHIMANA, président de la fraternité des étudiants de Rumuri, ils réclament la bourse du mois de février. Il indique également que si les tarifs des documents administratifs ne sont pas revus à la baisse et les conditions des étudiants de Zege en province de Gitega améliorées, ils vont arrêter les cours ce 15 mars ;

2. Les enseignants du primaire et du secondaire sont à leur 5ème journée de grève. En province de Gitega, un manque à gagner de 14 200 000 francs burundais est enregistré dans trois écoles à régime d’internat depuis le début de la grève. Au lycée de Cibitoke, les pertes s’évaluent à plus de deux millions de francs burundais. Certains enseignants de cette province seraient menacés par leurs directeurs pour qu’ils reprennent le travail ;

3. Le syndicat libre des enseignants du Burundi (SLEB) indique être inquiet suite à la décision prise par le conseil des ministres de suspendre le retrait à la source sur les salaires des enseignants les cotisations destinées aux syndicats. Marie Chantal NAHISHUBIJE, présidente de ce syndicat, précise que les syndicats vont avoir du mal à trouver des frais de fonctionnement. Elle demande au gouvernement de privilégier plutôt le dialogue au lieu de violer la loi régissant les travailleurs ;

- Sécurité : Douze détenus du cachot de la police judiciaire de la province de Bubanza se sont évadés dans la nuit du 11 mars, la porte de ce cachot n’avait pas été bien fermée. Certains de ces évadés étaient accusés de viol ou de graves violations des droits de l’homme. Quatre policiers qui gardaient cette prison ont été interpellés pour des enquêtes. Signalons que ce cahot renfermait 33 détenus, le reste n’a pas voulu s’évader arguant qu’ils sont innocents.



Rema FM (88.6 FM)



- Viol : Une fillette de la 4ème année primaire au lycée technique islamique de Muyinga aurait été violée par son éducateur. Selon le père de la victime, cet enseignant a demandé à sa fille de lui apporter chez lui des papiers médicaux et aurait commis l’acte à ce moment ;

- Justice : Un policier nommé Ezéchiel COYISHAKIYE serait manipulé par l’APRODH et l’ONG Human Rights Watch pour accuser certains hauts gradés de la police et de l’armée d’être auteurs de l’assassinat de Ernest MANIRUMVA, ancien vice président de l’OLUCOME. Selon les informations détenues par la radio Rema FM, ce policier se serait d’abord fait passer pour un malade mental et a déposé son arme devant les bureaux de la direction de la police nationale. Quelques jours après, il a voulu prendre de force la camionnette de service du commissaire municipal de police qui était en tournée dans la caserne situé au palais où est enterré le héro de la démocratie. Il a ensuite été conduit au cachot du BSR mais là il a battu son codétenu. Après ces actes, il a été conduit au centre neuropsychiatrique mais c’était un malade imaginaire, affirment des sources à ce centre. Après son séjour dans ce centre neuropsychiatrique, il a regagné le quartier Matonge situé au chef-lieu de la province de Bubanza. C’est là que les émissaires de l’APRODH et de Human Rights Watch l’ont trouvé ;

- Justice : Ouverture solennelle ce 11 mars de la compétition régionale de la rédaction et de dessin à Bujumbura. Ce concours qui porte sur le rôle premier du tribunal d’Arusha est ouvert aux enfants de l’école primaire. Cette action s’inscrit dans le cadre de la promotion de la justice internationale au niveau de la jeunesse régionale ;

- Rapatriement : Les rapatriés en provenance de la Tanzanie habitant la commune Nyanza-Lac ont reçu officiellement des maisons et des boutures de manioc pour lutter contre la famine. Ces 150 maisons ont été construites avec l’aide de la Croix rouge Burundi et la Croix rouge Espagnole ;

- Sécurité : Trois grenades ont été trouvées en pleine route à Musema en commune Butaganzwa (province de Kayanza). Les autorités administratives indiquent que leurs détenteurs auraient eu peur des fouilles perquisition ;

- Genre : Dans la fête de célébration de la journée internationale dédiée à la femme ce 12 mars, les femmes de la province de Gitega ont été exhortées à élire et à se faire élire. Notons que cette journée est célébrée au monde entier le 08 mars.

Aucun commentaire: